Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Anciennes actualités > Podium de luxe

Podium de luxe

En franchissant la ligne ce 15 décembre à 6h30mn20s, Vincent Riou (PRB) complète le podium de la Transat B to B. François Gabart l'emporte donc de haute lutte devant le deuxième du Vendée Globe 2008-2009 Armel le Cléac'h.

C'est plutôt réjouissant de constater qu'en remportant la Transat B to B, François Gabart se qualifie par la même occasion pour la prochaine édition du Vendée Globe. Une manière de légitimer encore plus, s'il le fallait, l'existence d'une course qui, de l'avis de tous, a permis aux solitaires de reprendre leurs marques en compétition.

Voir le classement de la Transat B to B

Transat en deux temps, trois mouvements

Partie de Saint Barth dans un régime d'alizés, la course s'est d'abord joué sur la capacité des solitaires à remonter au plus vite vers le nord pour toucher les vents d'ouest qui balaient l'Atlantique nord. A ce petit jeu, François Gabard et Jean-Pierre Dick se montraient les plus incisifs en optant pour une route l égèrement plus débridée que le reste de la flotte. Après deux jours de course, le skipper de MACIF comptait ainsi une quarantaine de milles d'avance dans le  nord sur le peloton. Au classement général, Armel Le Cléac'h (Banque populaire), dans une position intermédiaire, conservait la tête grâce à sa position plus proche de l'orthodromie.
Un premier tournant intervenait avec la négociation du virage à droite. C'est peut-être ici que François Gabart a construit sa victoire, en prenant le risque de retraverser la flotte pour aller se positionner le premier sur la route en direction de l'arrivée. Ce faisant, il transformait sa position de leader sur la route du nord, devenant meneur de troupe le plus au sud... Borde à bord avec Armel Le Cléac'h, il prenait une première option pour le podium, tandis que Vincent Riou, sur une route plus au nord, attendait que le vent rentre en premier pour lui.

Troisième mouvement, la flotte, peinait à s’extirper de la zone de transition entre les régimes d'alizés et les vents d'ouest attendus. C'est à nouveau le skipper de Macif qui faisait la bonne affaire, en réussissant en une nuit à  prendre une trentaine de milles sur Armel Le Cléac'h son poursuivant immédiat. Dès lors, les écarts au classement n'allaient plus vraiment bouger, les hommes de tête tournant au même rythme. A force de régularité, Vincent Riou hissait son PRB sur le podium, dès lors que Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec), encore en lice pour le podium, était aux prises avec ses soucis de hook de gennaker.

Une gestion exemplaire

François Gabart

Ce qu'il faut retenir de cette Transat B to B, c'est le plaisir qu'ont eu tous les navigateurs à retrouver, en compétition, le rythme de la course en solitaire. A cet égard, François Gabart s'est surpris lui-même : malgré son manque d'expérience en Imoca, il a su trouver le bon temps lui permettant de faire jeu égale avec des navigateurs aussi expérimentés que Vincent Riou, Armel Le Cléac'h, Marc Guillemot, Jean-Pierre Dick ou bien encore Mike Golding. C'est peut-être la principale leçon de cette Transat B to B : dans la course du Graal du prochain Vendée Globe, le jeu est plus ouvert que jamais.