Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Le dragage a débuté au port de Barcarès

Le dragage a débuté au port de Barcarès

Cette opération particulière se déroule actuellement dans la zone portuaire et devrait s'étaler sur cinq à six semaines par le dragage du port de plaisance (le port de pêche sera concerné l'année prochaine).

Ainsi, c'est un chaland d'une trentaine de mètres qui effectue en moyenne deux rotations quotidiennes pour, après avoir dragué le port, aller larguer les sédiments à 14 km des côtes par 50 m de profondeur.

"Il s'agit, précise Sylvain Cauneilles directeur du port, d'une opération qui s'effectue carrément à l'intérieur du port, dans un secteur sensible où des bateaux sont déjà amarrés et où vit une population importante. Les choses se compliquent parce que nous sommes dans le bassin de plaisance et pas dans l'avant-port".

"Le fait de bien délimiter le périmètre nous permet d'assurer une surveillance permanente du site, de faire de la prévention car il s'agit de métaux lourds, pour dans le cas où il y aurait une alerte pollution", précise Georges Badie, délégué aux Affaires portuaires.

"Avant d'en arriver là, rassure le directeur du port, nous avons bien sûr obtenu toutes les autorisations, techniques et administratives. C'est-à-dire le feu vert de la préfecture". La ville a obtenu une autorisation de dragage pour dix ans. A partir de ce sauf-conduit, elle doit étaler le nettoyage de ses différents bassins. Mais à tout moment, le préfet peut intervenir pour remettre en cause cette autorisation.

Chaque jour, ce sont en moyenne 400 à 500 m3 de sédiments qui sont enlevés. Au total, à la fin de l'opération, cela pourrait représenter un volume d'environ 23 000 m3 ! Il s'agit d'une opération qui peut mobiliser jusqu'à une vingtaine de personnes en même temps et le coût d'un tel chantier s'élève à 500 000 .

La barge, sur laquelle est installé le tractopelle chargé d'assurer la liaison avec le chaland, est longue de plus de 40 mètres sur 10 mètres de large. Le fonctionnement de tous ces engins, en action dès 7 heures du matin, est spectaculaire.

Source l'Indépendant